Edito avril | Des attaques

Gros malaise à l’UCL. Dans une note intitulée « Philosophie pour la vie » distribuée à des bacheliers, Stéphane Mercier explique : « L’idée que je défendrai est que tout avortement sans exception est un mal, et qu’aucune circonstance ne le justifie jamais, contrairement à ce que l’on entend dire un peu partout aujourd’hui […] ».

Le message est clair, et les médias s’en sont largement fait l’écho.

Reste que, magie des réseaux sociaux oblige, la note incriminée est accessible assez facilement sur la toile. Et que l’argumentation développée par l’ex collaborateur de l’UCL (il a été suspendu depuis lors) vaut son pesant de cacahuètes.

On y retrouve l’antagonisme classique entre
« la loi des hommes » et une « loi supérieure ». C’est une vieille antienne que nous avons pris le temps de décrypter… pour dépasser quelques instants l’impératif émotionnel médiatique.

Or donc, le raisonnement de Monsieur Mercier s’appuie sur deux prémisses. La première est d’ordre moral : le meurtre d’un innocent, c’est mal. La seconde va puiser dans la biologie (c’est le dada des pro-vie depuis une dizaine d’années) : une personne est une personne dès que le spermatozoïde a fusionné avec l’ovule.

Voilà en gros ce que Monsieur Mercier apprenait à nos étudiants. Peu lui importait donc que l’interruption volontaire de grossesse (termes qu’il qualifie d’ailleurs de novlangue orwellienne) fut partiellement dépénalisée dans notre code pénal. Peu lui importait aussi que ce droit fondamental d’une femme à disposer de son corps fut désormais inscrit dans les textes onusiens… seul comptait (et compte d’ailleurs toujours pour lui) que la fusion des ADN consacrait l’être humain. La femme n’est d’ailleurs prise en compte que fort tard dans son raisonnement et une phrase résume assez bien la position des pro-vie : le désir ne fait pas la valeur, c’est la valeur qui doit susciter le désir.

C’est la valeur qui doit susciter le désir…
Vous vous rappelez ? Cette valeur qui aurait dû susciter vos désirs… il eut fallu être hétéro et procréer… et vos désirs, franchement,… vous auriez pu les contrôler, voire les garder pour vous… pécheurs que vous êtes.

Bref… du coup, Monsieur Mercier a été reçu en guest star par les 1.500 zombies de l’auto-proclamée marche pour la vie le dimanche 26 mars dernier. Et la RTBF a consacré son plateau du dimanche à cette thématique, avec un angle franchement à vomir : « l’avortement est-il un crime ? ».

Ah oui… et pour ceux qui se demandent pourquoi parler d’avortement dans une publication LGBT… rappelons que Monsieur Mercier fait aussi des comparaisons entre homosexualité et inceste ou entre homosexualité et échangisme intergénérationnel… on appréciera ces mots à leur juste valeur (valeur qui, pour ma part, suscite le désir de me passer en boucle Ode à la contraception de la chanteuse Giedré).

Vincent Bonhomme
Président